ISBN 9782859208592

19,00 EUR

251 pages

mars 2011

La Joie

Lancé par le succès considérable de son tout premier roman, Sous le soleil de Satan (paru en 1926), Georges Bernanos se jeta immédiatement dans l’écriture fiévreuse de L’Imposture. Son troisième roman, La Joie, suite de L’Imposture, a été récompensé par le Prix Femina en 1929.

La joie est un thème si fondamental chez Bernanos qu’il est même devenu le titre d’un de ses plus grands romans. L’action de ce roman se déroule dans le château artésien de M. de Clergerie, historien médiocre, obsédé d’ambitions académiques, né pour faire non une vie, mais une carrière. Habitants de la demeure : la mère de M. de Clergerie, murée dans le mensonge que symbolise la détention d’un trousseau de clés ; Fiodor, le chauffeur russe éthéromane étrangement sensible au mysticisme ; Fernande, la cuisinière ; François, le valet. Et au milieu d’eux, personnage principal, Chantal de Clergerie, jeune fille radieusement belle, toute pureté, fraîcheur et joie – une joie mêlée de souffrance quand elle est extatique et dont elle est prête à faire le sacrifice pour le salut des autres…

« Qui cherche la vérité de l’homme doit s’emparer de sa douleur. » Extrait de La Joie

« Cette œuvre n’offre aucune commune mesure avec quoi que ce soit d’autre, soit dans le présent, soit même dans le passé. » Gabriel Marcel

« Bernanos, de sa poigne rude, nous maintient dans cet univers de la chute et de la Rédemption, qui est le nôtre à tous, croyants et incroyants. Car il n’est pas nécessaire d’avoir la foi pour s’y reconnaître […], tel est le pouvoir de cette œuvre fulgurante. » François Mauriac

« Il a écrit les plus belles scènes de la fiction moderne, par la profondeur et la puissance. » André Malraux

« Bernanos savait toutes ces choses qui nous font souffrir. C’est même de cela que sa grandeur était faite. Il avait beau se présenter à nous en veston, il était l’homme de l’invisible. » Julien Green

D'autres livres du même auteur

menu
Top